Indépendance financière : mythe ou réalité ?

L’indépendance financière se définit comme le fait d’être autonome sur le plan budgétaire et de pouvoir jouir d’un bien être financier de niveau satisfaisant par rapport à son train de vie. Elle est synonyme de réussite personnelle. Si on peut devenir riche de plusieurs manières, être financièrement indépendant nécessite que vous suivez une ligne directrice. L’indépendance financière peut être un acquis au bout d’un laps de temps si vous faites vraiment ce qu’il faut. C’est un ensemble de conditions dont vous devez vous imprégner pour parvenir à votre but. Je vous invite à en découvrir quelques unes.

goldfish jumping out of the water

 

Condition # 1 : avoir un mental de « marginal économique »

Les marginaux économiques sont des personnes qui vivent en marge de la normalité financière, c’est-à-dire qui crée leur univers financier sans tenir compte de ce que la plupart des gens appellent « travailler pour gagner sa vie ». Ce sont ces personnes qui ne sont pas obligées de travailler pour le compte de quelqu’un d’autre pour avoir une situation financière confortable. Pour que vous accédiez à l’indépendance financière, vous devez absolument développer la mentalité d’un marginal économique. C’est une condition sine qua non, qui a quand même quelques difficultés dans la pratique. S’inscrire dans la logique des marginaux économiques consiste donc à outrepasser quelques freins qui peuvent être d’ordre :

  • Familial : parfois, il est difficile de faire accepter le désir d’une indépendance financière à ses proches. C’est une situation compréhensible dans la mesure où vous vous heurter à des éducations ou des valeurs qui voudraient qu’après les diplômes ou les formations qui ont donné tant de travail et tant de sacrifice, on soit redirigé vers un emploi professionnel le plus stable possible pour accéder rapidement au confort que ses propres parents ont connu et qu’à la fin de chaque mois le temps, l’énergie, les compétences, etc. rendus à l’employeur soit rétribués avec un salaire. L’environnement familial peut constituer un des freins psychologiques les plus importants. En effet, qui ne s’est pas entendu dire : « Ne perds pas ton temps avec ça ! » ou « Tu crois vraiment à ce projet »… Il faut que vous alliez au-delà de cette manière de penser et d’envisager votre avenir. Vous l’aurez compris, l’indépendance financière doit nécessairement être précédée de votre indépendance psychologique et, au moins dans un premier temps, ne pensez pas motiver toute votre fratrie avec vos projets : vous serez un peu seul(e) au monde…
  • Culturel : c’est un aspect qui a un impact considérable sur le développement de tous les projets. Si vous n’êtes pas dans un cadre (que j’appelle moi culturel) où le développement financier n’est pas favoriser, comme le fait de travailler pour son propre compte, par exemple, eh bien, il va falloir vous faire preuve d’une grande force mentale pour aller jusqu’au bout de vos entreprises contre vents et marées (il y a un côté capitaine de bateau dans tout entrepreneur 😉 ).
  • Personnel : envisager l’indépendance financière comme les marginaux économiques est avant tout un risque. Ce risque donne lieu à des doutes que vous devez psychologiquement vaincre avant de passer aux actes. il s’agira de vous motiver et vous organiser pour surpasser vos craintes (parfois vos angoisses) personnelles. Ces différents freins sont comme des défis à relever avant d’émettre un plan d’actions structuré.

liberté financière

Condition # 2 : s’approprier les méthodes pour atteindre l’indépendance financière

Avant de prétendre accéder à une indépendance financière et être autonome, il faudra faire une analyse de votre situation personnelle, c’est-à-dire faire l’état de vos finances actuelles, voir si elles permettent de vous lancer. Rassurez-vous, si elles le permettent ou pas, il y a quand même un moyen de procéder. Ce qui est essentiel en matière de réussite personnelle et d’indépendance financière, c’est le fait de développer un réel potentiel en vous. C’est l’une des règles de la réussite. Ce potentiel peut être une passion ou une capacité que vous sentez posséder en vous. Mais il faut qu’il soit avéré avant que vous ne définissiez un plan efficace, puisque c’est ce potentiel qui sera déterminant dans la mise en œuvre de votre activité future (vouloir se lancer dans l’investissement immobilier alors que l’on ne possède aucun attrait pour ce marché est un peu suicidaire). Ensuite, il y a la demande du marché. Si le fait que votre potentiel ne soit pas en accord avec votre projet est déjà un frein énorme à votre indépendance, ce frein est encore plus évident si ce que vous proposez n’est pas sollicité sur le marché. Eh oui, vous abordez le marché de l’auto-entreprenariat dont l’une des règles phares est la règle de l’offre et de la demande. En gardant donc à l’esprit ces règles principales d’ascension à la richesse, il sera maintenant question d’utiliser les voies et moyens disponibles pour y arriver. Parmi les règles ou plutôt les ressources qui pourraient vous aider, il y a :

  • L’internet : c’est un excellent canal de ressources financières. Vous pouvez utiliser Internet soit pour compléter vos revenus, soit en faire votre principale source de revenus. La création de blogs est l’un des moyens d’accroitre vos revenus. Et c’est là que votre potentiel entre en ligne de compte. Il s’agira de vous exprimer, d’émettre vos points de vue sur un sujet qui vous passionne et qui attirera le plus de monde. Certains préfèrent bloguer sur les sujets à succès et d’autres sur ce qui les passionne. Bien que je vous conseille de vous concentrer sur ce qui vous passionne, il est quand même idéal d’envisager quelque chose qui vous rapportera le plus. Par ailleurs, avec l’Internet, vous pouvez conserver une activité « fixe », au moins dans un premier temps, ou travailler en mode freelance. De toute évidence, c’est un bon outil d’indépendance financière.
  • L’entreprenariat : c’est l’autre méthode pour être financièrement indépendant. L’entreprenariat s’articule autour de plusieurs points dont deux principaux qui sont la compétence, c’est-à-dire ce que vous avez à vendre, et la demande, c’est-à-dire ce que veulent les clients. Pour être entrepreneur, vous avez donc besoin de statuer à la fois sur vos capacités et sur la demande du marché. Ensuite, il sera question d’évaluer les aspects financiers et organisationnels. Vous devriez quand même savoir que vous n’avez pas besoin de gros moyens pour entreprendre, le plus important étant de savoir investir son argent à bon escient : c’est le retour sur investissement qui est le plus important, pas les montants eux même investis. Un de mes mentors m’a toujours dit : « Petits moyens, petits résultats et grands moyens, grands résultats », j’y ajouterais « à condition de savoir investir ».

indépendance financière

Au final, vous comprendrez que l’indépendance financière n’est pas inaccessible. Mieux, elle est une réalité qui s’offre à toutes les personnes qui suivent des méthodes. Ce que je vous encourage à faire, c’est d’y penser avec conviction, parce que force est de constater que ceux qui réussissent mieux sont ceux qui entreprennent méthodiquement et de manière organisée. Beaucoup d’outils sont disponibles et sont prêts à être exploités. Je vous les communiquerai au fur et à mesure.

Et vous ? Avez-vous déjà envisagé votre indépendance financière ? Comment pensez-vous vous y prendre pour y arriver ?

One thought on “Indépendance financière : mythe ou réalité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.