Le crowdfunding

Le crowdfunding, ou financement participatif, vous connaissez ?

Il s’agit, en fait, d’une méthode de financement consistant à mettre des porteurs de projets et des investisseurs en relation, dans le but de lancer des entreprises.

Connaissant un véritable essor en ce moment, ce type d’investissement peut s’avérer rentable, à condition bien évidemment de respecter quelques points.

Si vous avez la fibre pour investir dans des pépites à haut potentiel, vous pourrez y gagner beaucoup en faisant les bons choix.

Quel est le principe ?

Avant de vous lancer dans le crowdfunding, commencez d’abord par comprendre le fonctionnement du système. Mais rassurez-vous, le crowdfunding est très facile à appréhender et, d’ailleurs, si cette pratique, déjà ancienne, est prisée aujourd’hui, c’est entre autres pour sa simplicité.

Crowdfunding5

En fait, le crowdfunding constitue un investissement gagnant gagnant. Cette technique permet aux porteurs de projets qui n’ont pas les fonds nécessaires pour démarrer leurs entreprises de trouver un financement, d’un côté, et, de l’autre, offrir une possibilité d’investissement pour ceux qui disposent de liquidité.

Les deux parties peuvent alors se rencontrer sur des plateformes spécialisées, via internet, où les investisseurs peuvent découvrir tous les projets et choisir ceux qui les intéressent. Ils n’auront alors ensuite plus qu’à déposer leurs fonds pour financer leurs projets « coups de cœur ». En tant qu’investisseurs, ils récolteront, bien évidemment, les fruits de leurs investissements plus tard.

Quel mode de rémunération ?

Dans un crowdfunding l’investisseur peut prendre différents aspects et ainsi permettre plusieurs formes de rémunération. Vous avez notamment le choix entre faire un don modique, placer des fonds propres ou souscrire un prêt.

Ainsi, si vous faites un don ou « présent d’usage », vous ne gagnez pas d’argent en retour, mais recevrez un cadeau symbolique comme une rentrée gratuite pour un concert par exemple ou un objet (j’avoue qu’ici ce n’est pas vraiment une question de rentabilité mais plutôt de satisfaction personnelle). Par contre, si vous investissez des fonds propres, vous serez rémunérés comme un véritable actionnaire investisseur. Vous pourrez alors percevoir les résultats de votre investissement sous forme de dividendes ou directement de plus-value si vous faites une cession de parts.

Concernant le prêt, il existe des règlementations spécifiques, mais le but reste de réaliser des plus-values. Les montants des emprunts sont limités à 4 000 € par prêteur et par projet pour les prêts sans intérêt et à 1 000 € pour ceux avec intérêts. Le porteur de projet peut également réaliser un emprunt direct, mais cela va à l’encontre de l’intérêt même du financement participatif.

Dans tous les cas, il faut aussi noter que le crowdfunding est sujet à des règlementations fiscales et peut s’accompagner de certains coûts. Si vous décidez d’investir, vous aurez notamment à respecter des règles prudentielles et à passer par des authentifications d’identité ou des contrôles d’anti-blanchiment d’argent, entre autres.

Vector Crowdfunding

La qualification des investisseurs est également vérifiée étant donné que, il ne faut pas l’oublier, le crowdfunding reste un investissement à risque. Comme tout investissement d’ailleurs.

Pour ce qui est des coûts, les plateformes, elles aussi, se rémunèrent. Ainsi, il faut compter généralement des retenues de 5 à 12 % des sommes engagées. Ces commissions peuvent également être perçues sous forme de pourboire.

Comment se lancer ?

Pour réussir votre investissement dans le crowdfunding, voici les principales étapes :

Choisissez votre plateforme d’investissement

Après avoir appris les bases du crowdfunding, concrétisez votre futur investissement en trouvant un projet. Les plateformes dédiées au crowdfunding sont aujourd’hui très nombreuses, et proposent différents projets à financer. Pour les trouver, il vous suffit de taper « crowdfunding » sur votre moteur de recherche Internet préféré et vous rendre ainsi directement sur les sites spécialisés.

Lors de votre sélection, veillez à bien vérifier le sérieux de la plateforme et référez-vous notamment à sa notoriété. A titre d’exemple, My Major Company, Ulule, Kisskissbankbank et Babeldoor figurent, entre autres, parmi les premières plateformes créées sur la toile. D’autres plateformes sont également à découvrir, qui sont, la plupart du temps, spécialisées dans des thématiques précises, comme l’innovation technologique, les microcrédits, l’humanitaire ou encore l’écologie.

Crowdfunding

La prochaine étape, et sans doute la plus importante : savoir sélectionner le bon projet.

Étudiez les perspectives

Comme dans tout investissement, le crowdfunding se base essentiellement sur les perspectives de rentabilité et/ou d’avenir du projet. Donc, avant de choisir un projet à financer, prenez le temps d’évaluer son futur développement. Posez-vous la question si l’entreprise a réellement les capacités de croître, et sur quelle durée. Examinez le secteur d’activité concerné et privilégiez toujours les domaines qui répondent à des besoins de base, comme l’immobilier, la santé, l’alimentation, l’énergie ou la technologie, par exemple.  Les thématiques sont, en effet, nombreuses, incluant notamment les projets environnementaux, numériques, les innovations, ou encore les projets culturels. En règle générale, investissez dans un projet dont vous avez saisi les tenants et les aboutissants. Par exemple dans le cas d’un crowdfunding immobilier, vous devez considérer l’emplacement du bien, les travaux à réaliser, ou encore son historique général avant de signer. Ces éléments vous permettront ensuite de mieux évaluer le risque d’une part et, dautre part, votre rendement futur.

Vérifiez la transparence des transactions

D’ailleurs, en ce qui concerne le rendement, l’investissement dans le crowdfunding n’est rentable que si votre placement est bien protégé. Les plateformes affichent explicitement les fonds nécessaires et les sommes déjà récoltées certes, mais ce n’est pas suffisant.

Afin de percevoir vos gains réels, exigez les détails financiers sur le projet. Vous avez en effet parfaitement le droit de demander des données transparentes pour pouvoir investir en toute tranquillité.

Diversifiez vos investissements

Mon dernier conseil est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Comme je l’ai mentionné plus haut, l’investissement dans le crowdfunding reste, en effet, risqué et si vous voulez vous assurer des profits, ne vous limitez pas à un seul projet.

D’ailleurs, l’intérêt même de ce système est de pouvoir investir dans différents projets, avec des montants relativement faibles. A moins que vous souhaitiez faire un don, diversifiez votre portefeuille en choisissant des projets à thématiques différentes.

Ainsi, si certains projets ne donnent pas les résultats escomptés, vous aurez toujours d’autres projets en cours pour équilibrer vos risques et trouver les projets vraiment rentables et pouvoir, le cas échéant, renforcer vos positions. Ce concept est pratiquement gagnant à tous les coups si une stratégie adaptée est appliquée.

Et vous, que pensez-vous du système de crowdfunding ?

5 thoughts on “Le crowdfunding

  1. Hello,
    J’ai pu mettre en œuvre mon projet immobilier grâce au crowdfunding ! Je pense que ce concept est super intéressant. 🙂

  2. On entend souvent parler du crowdfunding ou du financement participatif. C’est un sujet qui a fait la une sur des journaux en ligne comme les Échos ou encore Le Figaro. Mais est-ce que c’est vraiment un moyen d’investissement sûr ? N’y a-t-il pas de risques ?

  3. Personnellement, je pense que le crowfunding est un bon concept. Ça permet d’éviter de souscrire des prêts, ce qui est une chose très intéressante ! Toutefois, comme toute transaction, elle n’est pas sans risque. Il faut donc être vigilant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.