Inflation : faut-il s’en inquiéter ?

L’inflation est définie comme une hausse généralisée et durable des prix. La déflation est donc comprise comme une baisse généralisée et durable des prix.

L’inflation est à distinguer de l’inflation négative qui est définie comme une baisse ciblée et temporaire de certains prix. L’inflation négative peut être comprise comme le début d’une déflation, une situation redoutée par les économistes.

inflation2

Petit rappel sur l’inflation et la déflation

Cela peut choquer, mais l’inflation a du bon, notamment pour maintenir notre équilibre économique. En effet dans notre économie, les banques centrales tentent de maintenir un certain niveau d’inflation. Les niveaux des taux d’intérêt actuels montrent que les banques centrales cherchent à tout prix à regonfler artificiellement la machine économique.

inflation

Nous évoluons donc dans une logique inflationniste, ce qui permet aux consommateurs de consommer et aux entreprises d’investir, l’inflation agissant comme un carburant injectée dans le moteur de notre économie.

L’inflation négative induit une baisse des prix ou une offre abondante qui ne peut être absorbée par la consommation. Dans tous les cas, la baisse des prix est perceptible, ce qui induit une baisse de profit. Cette dernière génère une baisse des investissements, la diminution des charges, entraînant une baisse des salaires et donc une baisse du pouvoir d’achat. Conjugué au poids de la dette, toujours plus pesante, et par la même une pression fiscale qui va de paire, et vous obtenez un cercle vicieux et un contexte de crise économique.

inflation3

Garder un œil sur ses investissements en cas de déflation

Dès les premiers signes d’inflation négative, il faut inciter à la consommation. Certains peuvent adopter un comportement spéculatif en attendant que les prix baissent encore plus avant d’acheter. Ce comportement est le premier pas vers la déflation.

La gestion des investissements est différente en cas de déflation. Il est généralement conseillé de vendre ses actifs et de garder un maximum de liquidité pour se positionner sur les opportunités dès la reprise économique. Les placements en actions peuvent être privilégiés à condition qu’ils soient diversifiés et dirigés dans des zones où l’économie est maîtrisée ou dans les pays émergents. Une partie des liquidités peut également être placée sur des supports de type SCPI, à condition de les y laisser au moins 5 ans.

Faire preuve de prudence

La situation de déflation ralentissant l’activité économique, il est conseillé, dans un premier temps, d’attendre de meilleurs jours pour vendre son bien. Pour sortir de la spirale de la déflation, il faut se référer aux banques centrales. Ces dernières sont les seules à prendre les décisions macroéconomiques pouvant donner un nouveau souffle à l’économie.

La Banque Centrale Européenne (BCE) fixe ainsi les taux d’intérêt (EURIBOR) et donne la possibilité aux banques d’accorder des prêts à des taux intéressants, ce qui stimule la consommation et l’investissement. Mais cette démarche dénommée Quantitave Easing n’a pas pu résoudre l’intégralité du problème.

L’INFLATION DANS LA ZONE EURO

En effet, tel que c’est parti, avec entre autres, la baisse du prix du pétrole et le ralentissement de l’économie chinoise, une crise financière menace sérieusement la zone euro. Pour ceux qui souhaitent investir, il est conseillé de privilégier la prudence pour ne pas s’exposer à des risques trop élevés.

Et vous, avez-vous un avis sur ce sujet ? Quelle est votre stratégie compte tenu de cet environnement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *